Accueil / Francais / Grammaire / La phrase / Ponctuation /

La ponctuation

À quoi sert la ponctuation ?

Ce sont 10 signes, symboles graphiques qui tentent de renseigner le lecteur sur le ton à adopter lors de la lecture d'un texte. Je dois savoir interpréter ces signes pour avoir une belle lecture à voix haute et améliorer ma compréhension des textes.

« Il suffit du déplacement d’une virgule pour dénaturer le sens d’une phrase. » (Michelet)

Le point . Les points de suspension ...
Les deux-points : Le point d'exclamation !
Le point d'interrogation ? La virgule ,
Les parenthèses ( ) Les guillemets « »
Le point-virgule ; Le tiret

1. A la fin de la phrase : le point, le point d'interrogation, le point d'exclamation.

a. Le point marque la fin d'une phrase déclarative ou impérative. A la lecture à haute voix, l’intonation baisse et une pause importante est marquée.
Règles typographiques : texte.[espace] texte.
Il a conquis son public. — Donne-lui tout de même à boire.

b. Le point d'interrogation marque la fin d'une phrase interrogative. A la lecture à haute voix, l’intonation monte.
Règles typographiques : texte[espace insécable] ?[espace]texte.
Qui a cassé les lunettes d’Agnan ?

c. Le point d'exclamation marque la fin d'une phrase exclamative exprimant la surprise, l'exaspération, l'admiration, un ordre. A la lecture à haute voix, l’intonation monte et on peut allonger la dernière syllabe en la faisant « chanter ».
Règles typographiques : texte[espace insécable] ![espace]texte.
Vous ne pensez qu’à l’argent !  — Quelle belle journée !

Une phrase impérative peut aussi être exclamative pour marquer la colère par exemple.
Remboursez-moi tout de suite !

Note : Le point d'exclamation est fréquemment utilisé à l'intérieur de la phrase, dans les dialogues par exemple. Il n’y a pas de majuscule après, dans ce cas.
« Oh ! la canaille ! la canaille ! »

2. A l'intérieur de la phrase : la virgule, le point-virgule, les deux-points.

a. La virgule marque une pause de peu de durée. Elle s'emploie pour séparer des éléments juxtaposés, mots ou propositions. La voix ne change pas d’intonation.
Règles typographiques : texte,[espace] texte.
La fête foraine bat son plein, joyeuse, bruyante, multicolore.
On se bouscule, on court, on s'interpelle, on essaie tous les manèges.

b. Le point-virgule marque une pause de moyenne durée. Comme la virgule, il s'emploie pour séparer des propositions. La voix ne baisse pas vraiment entre les propositions.
Règles typographiques : texte[espace insécable] ;[espace]texte.
Ici se trouvent les livres; là les cahiers ; plus loin les stylos et les crayons.

c. Les deux-points s'emploient pour annoncer une citation.
Règles typographiques : texte[espace insécable] :[espace]texte.
Le maître a crié : « Continue ! »
Ils s'emploient également pour annoncer une explication, une énumération, etc.
Je lis trois livres en même temps : un gros roman et deux petits.

3. Autres signes.

a. Les points de suspension marquent que la pensée n'est pas complètement exprimée :
Je pourrais vous dire tant de choses...

b. Les parenthèses servent à isoler un mot, un groupe de mots à l'intérieur d'une phrase.
Règles typographiques : texte[espace](texte)[espace]texte
Chaque matin, un merle (le merle siffle dès le mois de mars) me réveille à l'aube.

c. Les guillemets s'emploient au début et à la fin d'une citation, de paroles rapportées.
Règles typographiques : texte[espace]«[espace insécable]texte[espace insécable]»[espace]texte
L'agent dit à l'automobiliste : « Montrez-moi vos papiers. »

d. Le tiret s'emploie dans un dialogue, pour indiquer le changement d'interlocuteur. Il peut s'employer également à la place des parenthèses.
Règles typographiques : texte[espace]–[espace]texte.
Chaque matin, un merle — le merle siffle dès le mois de mars — me réveille à l'aube.
Il ouvrit la fenêtre et dit :
  Ah ! quelle belle journée !

D’après M. Gatt et S. Fragnaud, Savoir et savoir-faire, Nathan éd.1981

Exercices d'évaluation finale

Lien non public  Evaluation